Quels sont les pays producteurs de café ? [Guide complet]


lecture en 3 minute(s)

Le café fait partie des boissons les plus prisées dans le monde. Son importante consommation nécessite une production colossale en matière de grains et des usines de transformation sont implantées partout à travers la planète. Découvrez dans ce guide quels sont les différents types de café produits qui existent dans le monde ainsi que les principaux pays qui en produisent.

 

Les différents types de café

Il existe globalement 2 grandes catégories de café, et de nombreuses autres qui sont un peu moins connues, mais que les fins connaisseurs peuvent facilement distinguer les unes des autres. Chacune se démarque par sa saveur, sa senteur et sa couleur.

Arabica

Il s’agit de la variété de café la plus répandue et connue. L’arabica se décline sous plus de 200 sous-espèces qui se divisent encore en plusieurs variantes. Puisant ses origines en Éthiopie, ce type de café pousse généralement en haute altitude et son arbre apprécie particulièrement le sol acide riche en minéraux.

Ses grains sont de forme ovale avec une coloration vert clair et atteignent la maturation après 9 mois environ. Sa saveur unique avec ses arômes plus prononcés ainsi que sa faible teneur en caféine en font la variété la plus appréciée. D’ailleurs, l’arabica s’approprie les 70 % de la production mondiale avec le Brésil, l’Éthiopie, la Colombie le Guatemala et le Mexique comme principaux producteurs.

Les principales déclinaisons de l’arabica sont :

  • Le café vert pur arabica d’Éthiopie ;
  • Le café Bourbon de la Réunion ;
  • Le café Moka d’Éthiopie ;
  • Le café Maragogype du Brésil;
  • Le café Java.

Robusta

Le robusta tient son nom de la robustesse de son arbre. Contrairement à l’arabica, il résiste parfaitement aux conditions météorologiques les plus capricieuses ainsi qu’aux maladies qui atteignent les caféiers et les insectes ravageurs de plantations.

Le grain de café prend une couleur entre le jaune et le vert et est de forme arrondie. Sa maturation arrive au bout de 10 mois. Comparé à celui de l’arabica, l’arôme du robusta est moins subtil, mais sa saveur possède une amertume plus poussée, ce qui le rend plus corsé. Et puis, il contient deux fois plus de caféine, ce qui est très apprécié par les passionnés.

Le robusta occupe environ les 30 % de la production mondiale. Les principaux cultivateurs sont l’Indonésie, l’Inde, Madagascar, le Mexique et de nombreux autres pays.

Parmi les variétés de café robusta, les plus connues sont :

  • Le café Kouillou d’Afrique équatoriale ;
  • Le café vert robusta d’Afrique et du Brésil ;
  • Le robusta d’Inde.

Autres variétés

Il existe de nombreuses variétés familières aux deux grandes citées précédemment, qui sont beaucoup moins connues, mais qui possèdent leurs particularités.

  • Le libérica : il s’agit d’un café dont la production est quasiment infime qu’elle est négligeable sur l’échelle mondiale. On le trouve en Afrique occidentale, mais aussi en Indonésie.
  • Le KopiLuwak d’Indonésie et le KapeAlamid des Philippines : ce café est le plus cher du monde et développe une saveur proche du chocolat ou du caramel. Sa particularité réside dans le fait que ses grains sont récoltés dans des excréments d’éléphants qui  lui confère ce goût si unique.
  • Le café Eugenioides : proche de l’arabica, ce café vient de la région de Kivu, au Congo et possède une teneur en caféine parmi les plus faibles.
  • Le café Stenophylla : également très familier à l’arabica, il se cultive dans la Sierra Leone, en Afrique de l’Ouest et dégage un arôme très léger.
  • Le café Excelsa : originaire du Tchad, ce café produit une saveur relativement fade comparée aux autres.
  • Le Blue Mountain : provenant de la Jamaïque, le Blue Montain est très prisé pour sa saveur à la fois stable et raffinée. Peu cultivé, il devient cher et peu accessible.
  • Le Huehuetenango : ce café se cultive dans les zones très reculées du Guatemala, avec une altitude dépassant généralement les 1 500 m. Son arôme est prononcé et son goût est plus corsé.

 

Top 10 des producteurs mondiaux de café

Dans cette seconde section, découvrez les  pays qui produisent le plus de café dans le monde.

Le Brésil

Le Brésil prône la tête du classement avec une production de plus de 2 500 000 tonnes par an. Ce n’est pas un hasard s’il occupe le premier rang depuis une dizaine d’années, étant donné que l’économie brésilienne mise beaucoup sur cette filière.

Trois régions, à savoir le Minas Gerais, Sao Paulo et Parana sont les plus grands acteurs qui font tourner la production de café locale. Le climat et la température sont propices à la culture.

La particularité du Brésil vient également du fait que le café est transformé par voie sèche et que les grains encore humides sont séchés de manière naturelle au soleil.

Le Vietnam

La deuxième place du classement est occupée par le Vietnam. Compilant une production annuelle avoisinant les 1 650 000 de tonnes, il est incontestable que ce pays soit à la fois un gros producteur et consommateur de café.

Il tient également sa réputation de son fameux café vietnamien, le café noir mélangé au lait concentré sucré tant apprécié de par le monde.

Si la culture a connu un frein considérable du temps de la guerre du Vietnam, le café demeure aujourd’hui l’un des piliers de l’économie locale avec le riz. La croissance de la production est telle qu’elle était de l’ordre de 6 000 tonnes par an en 1975 jusqu’à plus de 1 500 000 tonnes au milieu des années 2010.

 

La Colombie

La Colombie est un acteur majeur dans la production de café dans le monde. Sa place dans le top 3 n’est pas déméritée et peu encore, elle battait le Vietnam. C’est grâce à la forte expansion de sa culture locale que cette dernière parvint à passer la Colombie.

Avec une production annuelle tournant à plus de 800 000 tonnes, la Colombie a cependant connu des jours meilleurs en matière de rendement. En effet, le réchauffement climatique trop intense subi par cette partie australe de l’Amérique ainsi que l’augmentation des précipitations en trois décennies ont suffi à détériorer peu à peu les plantations qui peinent à survivre dans de telles conditions.
 

L’Indonésie

L’Indonésie figure à la quatrième place de ce classement en affichant une production annuelle de 660 000 tonnes. Si la quantité est au rendez-vous, la qualité l’est beaucoup moins, puisque le café robusta local peine à s’aligner face à la concurrence. Il est même parfois moins valorisé que les arabicas brésiliens et colombiens.

Toutefois, le climat indonésien est très propice à la plantation de café, sa situation géographique proche de l’équateur et sa richesse en régions montagneuses favorisent également la production. Ce furent les Hollandais qui introduisirent en Indonésie la culture du café, une tradition qui se perpétua bien longtemps après la colonisation.

Aujourd’hui, les plantations de café occupent plus de 10 millions d’hectares du territoire, 1 % seulement étant exploitées par de petits producteurs.
 

L’Éthiopie

Parmi les pays producteurs de café en Afrique, l’Éthiopie figure dans les premières places et se targue même la cinquième place du classement mondial avec des chiffres dépassant les 380 000 tonnes l’an.

Le pays possède également la réputation d’être le foyer de l’arabica, le café le plus prisé du monde. Cela se voit dans son économie qui se porte à merveille grâce à la filière café. En effet, la production représente environ 30 % du total des exportations annuelles et plus de 15 millions de la population locale travaillent dans ce secteur d’activité.

La culture du café arabica se fait depuis des siècles en Éthiopie, permettant aux cultivateurs de trouver des variantes tout aussi savoureuses qu’aromatisées. Il existe entre autres le café arabica Harar, Limu, Sidamo ou Yirgacheffe. D’ailleurs, des brevets sont déposés au sein du gouvernement pour protéger et préserver toutes ces variantes.
 

Le Honduras

Le Honduras possède une récolte annuelle avoisinant les 350 000 tonnes. Il a lentement, mais sûrement développé sa production pour devenir aujourd’hui le premier pays producteur de café en Amérique centrale.

Néanmoins, le grand bémol dont souffre le café local est l’absence de marque déposée. En effet, il est souvent utilisé dans des mélanges, ce qui baisse sa valeur ajoutée. Malgré cela, la culture de café demeure un acteur prépondérant dans l’économie locale en étant une source d’emplois et de revenus stables à la majeure partie de la population.

L’Inde

Si l’Inde est plus connue pour son thé que pour son café, le pays figure pourtant parmi les grands producteurs de cette boisson à l’amertume tant appréciée dans le monde. Les chiffrent s’élèvent à plus de 345 000 tonnes de grains récoltés par an, ce qui lui fait valoir la septième place de ce classement.

Il est clair que ni le climat ni le relief ne permettent une croissance optimale du caféier. En effet, les pluies diluviennes durant la saison chaude et l’absence de hautes altitudes ne laissent à la plantation qu’une petite partie sud du pays où les montagnes y sont plus présentes.

Les agriculteurs ont tendance à planter le caféier à proximité d’une épice comme la cannelle, ce qui offre au café une senteur et une saveur légèrement épicées. La culture se fait majoritairement par le biais de petits agriculteurs, le thé occupant l’attention des gros investisseurs.

Le café produit se destine principalement à l’exportation, puisque la population locale préfère de loin de thé.

L’Ouganda

L’Ouganda figure dans ce top 10 grâce à sa production annuelle avoisinant les 280 000 tonnes. Il s’agit tout simplement de l’exportation qui connaît le plus de succès en Afrique équatoriale. Le pays cultive à la fois l’arabica provenant du voisin éthiopien et le robusta dans la région de Kibale.

La culture du café tient une place majeure dans l’économie de l’Ouganda, offrant des emplois stables à la population locale. Si la gestion de ce secteur par le gouvernement a été un échec, sa privatisation au début des années 1990 a permis une expansion considérable de la filière. Néanmoins, l’État contrôle minutieusement les exportations afin de maîtriser la production et garantir la durabilité de la production.

 

Le Mexique

Acteur important dans l’importation de café aux États-Unis, le Mexique occupe l’avant-dernière place du classement mondial, avec une production tournant autour des 230 000 tonnes par an.

Si la culture se base sur l’arabica, elle est néanmoins de très bonne qualité, de quoi convaincre le voisin américain de lui fournir en café. Les plantations se trouvent majoritairement dans les régions côtières, proches de la frontière qui sépare le Mexique du Guatemala.

Bien que la production ait connu une crise vers les années 1990, entraînant une baisse considérable de l’économie locale, l’augmentation de la demande des États-Unis au début des années 2000 a été un tournant qui a permis de sauver la filière de la faillite. Depuis, la production ne cesse de s’accroître progressivement.

 

Le Guatemala

Le Guatemala ferme ce top 10 avec une production annuelle de plus de 200 000 tonnes. S’il a été l’initiateur de la culture du café en Amérique centrale, il s’est vu dépassé par le Honduras vers 2011 par faute d’augmentation de la capacité de production qui est demeurée stable, voire stagnante durant des années.

Le café a été introduit pour redresser une économie en péril qui se basait jusque là sur l’exportation d’indigo et de cochenilles, des colorants naturels évincés par l’avènement des colorants chimiques.

Depuis, la filière café connaît un essor considérable, le gouvernement étant également d’un appui non négligeable à la population cultivatrice de café. L’Anacafé, un sigle qui signifie mot pour mot Association Nationale du Café en français, a été créée dans le but de promouvoir ce secteur national dans le monde.

 

Conclusion

Il est donc clair que le secteur d’exploitation du café constitue un pilier inébranlable pour chaque grand producteur mondial. Il est à la fois source d’emplois pour la population, mais également de revenus pour l’État et les producteurs. Ainsi, aussi longtemps que le monde existera, soyez sûrs que vous trouverez toujours du café, quelle que soit sa provenance.